Mycose

Les mycoses sont des infections très courantes par des champignons microscopiques. Voyons ce que c'est, quels sont les symptômes et surtout les traitements.

Démangeaisons, brûlures et peau qui pèle

Démangeaisons, brûlures, peau qui pèle ? Vous êtes probablement touchés par une mycose. Ces champignons microscopiques peuvent atteindre aussi bien la bouche, les pieds que les organes génitaux, et vous causer bien des ennuis. Des explications sur ces champignons colonisateurs de votre corps s’imposent !

Mycose : définition, symptômes et traitements
Mycose : définition, symptômes et traitements

Les principales questions sur les mycoses

Qu'est-ce qu'une mycose : définition

Le plus souvent sur la peau, les mycoses sont des infections fongiques, c’est-à-dire des infections par des champignons. Le terme « infection fongique » peut également être employé. Ici, il s’agit de champignons microscopiques.

Ces champignons sont naturellement présents dans le corps humain. Mais lorsqu’un déséquilibre chimique apparaît, ils peuvent proliférer et créer ces infections.

Les mycoses les plus fréquentes sont :

  • la mycose de la peau ou mycose cutanée, comme le pied d’athlète par exemple ;
  • les mycoses des muqueuses, comme les mycoses buccales dans la bouche et les mycoses génitales, touchant les organes sexuels ;
  • la mycose des ongles ou onychomycose.

Ces infections fongiques peuvent également toucher les organes internes, notamment le tube digestif, et parfois même le système nerveux. Ces cas sont rares, mais les conséquences d’une telle infection peuvent aller jusqu’à la mort.

Les différents types de champignons

La plupart des infections fongiques sont causées par 2 types principaux de champignons s’attaquant au corps humain : les levures – Candidas albicans – et les champignons filamenteux –  Aspergillus et dermatophytes -. Ils ne sont pas tous contagieux, bien que certains peuvent se transmettre par inhalation, par une blessure ou par contact direct, notamment avec un animal.

Les levures : Candidas albicans

Parmi les levures, les principales responsables d’une infection fongique sont les Candidas, à l’origine des candidoses. La plupart des mycoses des muqueuses sont dues au Candida albicans. On le retrouve naturellement dans les muqueuses et sur la peau chez 80 % des gens. C’est la prolifération de ces levures qui est responsable des mycoses vaginales et buccales, comme la perlèche ou le muguet.

Les champignons filamenteux : Aspergillus & dermatophytes

Les plus fréquents sont les Aspergillus et les dermatophytes.

Les Aspergillus s’attaquent aux poumons et sont responsables de l’aspergillose respiratoire.

Les dermatophytes, quant à elles, s’attaquent à la peau et provoquent les dermatophytoses, dont les teignes au niveau du cuir chevelu, et de la barbe, ou le pied d’athlète au niveau des orteils.

Quels sont les symptômes de ces infections ?

Les mycoses cutanées

Les symptômes de mycose touchant la peau sont les suivants :

  • apparition d’une tache rouge ;
  • peau qui pèle et devient grise/blanche ;
  • sensation de démangeaisons et de brûlures ;
  • progression du champignon en cercle.

Les mycoses génitales

La plupart des infections génitales concernent les femmes, à la flore vaginale plus fragile. En effet, 75 % des femmes seront un jour confrontées à une infection vaginale au cours de leur vie.

Les principaux symptômes des infections génitales sont :

  • des démangeaisons et des sensations de brûlure à l’entrée du vagin ;
  • un gonflement et une rougeur de la vulve ;
  • des pertes vaginales blanches et épaisses ;
  • des rapports sexuels douloureux.

Les traitements des mycoses

Le traitement de la mycose dépendra du type de champignon et de la localisation de ce dernier.

Un traitement local sous forme de crème peut être proposé dans le cas d’une infection cutanée et peu étendue.

Un traitement systémique par voie orale à base de médicaments antifongiques peut être prescrit par le médecin traitant lorsque l’infection fongique est ancienne et répandue.

Dans le cas d’une infection vaginale, le traitement par des ovules vaginaux suffira la plupart du temps. Pour éviter les récidives et préserver la flore vaginale, il est déconseillé de porter des vêtements trop serrés, et lors de la toilette intime, il conviendra d’éviter les douches vaginales et les sprays intimes.