Comment soigner une mycose vaginale ?

La mycose vaginale peut entraîner de vives démangeaisons au niveau de l'appareil génital féminin. Mais comment soigner une mycose vaginale efficacement ?

Traitement mycose vaginale : introduction

La mycose vaginale est une infection des muqueuses du vagin par des champignons microscopiques. Ces derniers sont naturellement présents dans la flore vaginale, mais un déséquilibre de celle-ci peut engendrer leur prolifération. Le champignon responsable est une levure nommée Candida albicans.

Les symptômes d’une telle infection sont des pertes blanches épaisses et grumeleuses, des démangeaisons, une vulve rouge, des brûlures dans le vagin, notamment au moment des rapports sexuels, et des difficultés à uriner.

On estime que 75 % des femmes connaîtront un jour cette mycose génitale. De plus, ces infections fongiques peuvent récidiver si elles ne sont pas bien soignées.

Mais comment soigner une mycose vaginale efficacement ?

Traitement : comment soigner une mycose vaginale ?
Traitement : comment soigner une mycose vaginale ?

Les ovules vaginaux, le traitement le plus fréquent

Le traitement de la mycose vaginale le plus courant reste le traitement local par un ovule vaginal. Il s’introduit tout au fond du vagin et y diffuse un fongicide, un produit tueur de champignons. Ce type de traitement s’applique soit en une seule dose, soit sur quelques jours. Les ovules vaginaux sont disponibles sans ordonnance du médecin traitant. On les trouve en pharmacie, mais ne sont alors pas remboursés par la sécurité sociale. Leur efficacité sur les infections vaginales n’est plus à prouver, et un seul traitement suffit en général pour soigner la candidose.

Une crème fongicide en application externe, lorsque les muqueuses de la vulve sont touchées, pourra aussi compléter le traitement, et soulager les démangeaisons.

D’autres pathologies telles que l’eczéma, le psoriasis ou encore l’herpès peuvent provoquer une inflammation de la vulve et de l’entrée du vagin. Ces maladies peuvent ressembler à une mycose, mais le traitement n’est pas du tout le même. C’est pour cette raison qu’il est essentiel de consulter son médecin traitant ou son gynécologue, avant de tenter de se soigner par soi-même. Ces conseils sont d’autant plus vrais pour une première infection ou pour les femmes enceintes. Pour ces dernières, il existe d’importantes contre-indications à employer certains médicaments fongicides.

Le traitement oral contre une mycose vaginale

Le traitement oral de la mycose vaginale un traitement systémique de la mycose vaginale, c’est-à-dire qu’il passe par le flux sanguin pour atteindre toutes les muqueuses touchées par la mycose. Il se présente sous forme de comprimés ou de capsules qui contiennent un antifongique permettant de détruire les champignons microscopiques présents sur la muqueuse du vagin.

Ces médicaments contre les mycoses vaginales ne sont disponibles que sur prescription par un médecin généraliste ou un gynécologue. Celui-ci pourra en effet effectuer un prélèvement à l’aide d’un écouvillon et le faire analyser en laboratoire. Tout ceci dans le but de vérifier le diagnostic de mycose, et de prescrire le fongicide adéquat pour éliminer au plus vite l’infection fongique.

Les probiotiques, utiles en curatif comme en préventif

La mycose vaginale est souvent due à un déséquilibre de la flore bactérienne vaginale. Il est tout à fait possible de soigner cette candidose grâce à des traitements naturels.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants et bénéfiques (des bactéries et des levures), qui vont permettre de rééquilibrer la flore. Des tampons contenant ces micro-organismes peuvent être utilisés en traitement de la mycose génitale, et réduire les sensations de brûlure et de picotements. Ils sont tout de même à compléter avec un autre traitement fongicide médical.

Les probiotiques contribuent à un bon équilibre des bactéries et facilitent la guérison.

Sous forme de compléments alimentaires, on peut également les employer en prévention des infections fongiques.

L'huile essentielle d'arbre à thé, un antifongique naturel

Le tea tree, ou huile essentielle d’arbre à thé, est reconnue pour ses vertus anti-mycosiques. Associée à l’huile de coco, l’huile essentielle de tea tree permettra de soigner la mycose vaginale en imbibant les zones touchées (1 cuillère à café d’huile de coco et 1 goutte d’huile essentielle).

La mycose vaginale est-elle une infection sexuellement transmissible ?

Les mycoses ne sont pas des infections sexuellement transmissibles, bien que des rapports sexuels peuvent réactiver la prolifération des champignons. Il conviendra d’utiliser des préservatifs et de traiter les 2 partenaires afin de les éliminer au mieux.

Mycose vaginale et rapport sexuel ?

L’utilisation de lubrifiant pendant les rapports peut améliorer le confort et diminuer les brûlures liées à la mycose.

Les mesures d'hygiène pour lutter contre la récidive

La flore vaginale est fragile et des mesures d’hygiène intime trop agressives peuvent être responsables d’une infection.

La toilette intime devra être centrée sur la vulve et le clitoris, et la douche vaginale devra être abandonnée afin d’éviter une récidive.

De plus, il est déconseillé de porter des sous-vêtements synthétiques, et des vêtements trop serrés afin de laisser respirer la peau : les champignons aiment les milieux chauds et humides !

Il faudra veiller à changer de sous-vêtements tous les jours et à les laver à 60°, afin d’éliminer les Candidas très résistants.

La candidose vaginale peut devenir récurrente chez 5 à 8 % des femmes. La solution miracle n’a pas encore été trouvée pour soigner ces femmes souffrant de nombreuses récidives.

Pour finir, certains facteurs externes peuvent dérégler la flore vaginale et favoriser la mycose : les changements hormonaux, la prise d’antibiotiques, un diabète, un excès de sucre dans l’alimentation, une gastro-entérite…