Définition : qu’est ce qu’un ergothérapeute ?

Spécialiste référent de la thérapie ré-éducative, un ergothérapeute est un professionnel paramédical dont la mission première consiste à assister et apporter des solutions ré-adaptatives aux personnes handicapées ou atteintes d’infirmité physique ou mentale, que ce soit de naissance ou suite à un accident ou autre.

Le soutien est généralement technique car il convient de proposer un programme d’accompagnement pragmatique qui devrait mettre en avant des activités utilitaires et ludiques visant à valoriser la créativité et l’épanouissement de la personne. La thérapie peut également afficher une dimension morale car le défi et l’objectif fixé au préalable est d’aider ces patients à retrouver davantage d’autonomie dans leur vie quotidienne et de leur favoriser une intégration sociale plus harmonieuse jour après jour.

Par une définition simple, un ergothérapeute apprend à son patient infirme à mieux se familiariser avec son environnement – personnel et professionnel – et ce, aux moyens de travaux pratiques personnalisés. Une autre partie de ses attributions est de pouvoir déterminer le type d’handicap à gérer – moteur, sensoriel ou mental – par des bilans de capacité cognitive et physique. A côté de cela, ce professionnel du mieux-être doit être capable de trouver les moyens adéquats le mieux adaptés qui ciblent les effets à atténuer, assurer régulièrement des examens de suivis et, au besoin, proposer et concevoir les appareillages adaptés au cas par cas – orthèse, béquilles, attelles… -. L’ergothérapie s’adresse à toutes les tranches d’âges et est sollicitée dans divers domaines médicaux. Il travaille parfois en équipe avec d’autres professions.

Etudiante en formation ergothérapeute

Formation Ergothérapie : comment devenir ergothérapeute ?

Où passer un diplôme d’ergothérapeute ?

Le métier d’ergothérapeute est régi par le Code de la santé publique L4331-1 et R4331-1 et requiert une formation qualifiante de 3 ans. La première année de cette formation qualifiante se déroule en tronc commun. Le programme d’étude, quant à lui, est défini par le Ministère de l’Enseignement Supérieur.

Pour exercer la profession, il faut nécessairement que la personne soit détenteur d’un diplôme d’Etat en Ergothérapie. Une qualification qui se prépare, impérativement, en institut spécialisé. Dans toute la France, on compte environ 23 établissements reconnus et agréés. Il s’agit d’une discipline très sélective accessible par concours où, seuls les bacheliers et les étudiants inscrits en classe de terminale peuvent participer. Mais dans le second cas, l’admission définitive dépend de l’obtention du baccalauréat. Le concours est également ouvert aux candidats non-bacheliers, mais pour s’y présenter, il faut qu’il ait enregistré au moins 5 années d’expérience professionnelle. Pour ce qui est du concours, il faut exceller dans 4 domaines précis, à savoir la biologie, la psychotechnique, la physique et le français. En guise de suggestion, ci-après une liste d’organismes de formation en ergothérapie :

  • Association Nationale Française des Ergothérapeutes : ANFE

Salaire ergothérapeute : combien gagne un ergothérapeute ?

Ces professionnels du paramédical, qu’ils soient libéraux ou salariés sont également très sollicités par les compagnies d’assurance pour lesquels, ils mettent leur expertise à profit afin de les aider à évaluer le niveau d’indemnisation pour les personnes ayant subi un préjudice important ou rendues infirmes par un accident. En ce qui concerne la rémunération, le salaire ergothérapeute à l’aube de sa carrière touche environ 1500 euros et 2300 euros plus les primes pour les mieux qualifiés par l’expérience.

Débouchés : où travailler comme ergothérapeute ?

Deux opportunités de carrière s’ouvrent aux nouveaux ergothérapeutes fraîchement diplômés. La profession libérale pour ceux qui veulent exercer en indépendant et gérer leur propre cabinet. Puis l’option « salarié » pour ceux qui envisagent d’optimiser leurs acquis dans un centre de santé public ou privé, aux côtés d’autres corps de métiers : assistante sociale, diététicien ou kiné par exemple.