La détox, tout le monde en parle

Florence Lafon-Toupet, naturopathe et réflexologue plantaire, nous éclaire sur la détox et nous explique comment choisir la bonne.

Introduction

En cette période de l’année, fin d’hiver ou début du printemps, on voit apparaitre partout dans les magazines ou sur la toile les mots de détox, détoxination, cure… Chacun y va de sa méthode et de ses recettes, de ses astuces.

Mais comment s’y retrouver ? Florence Lafon-Toupet nous en éclaire.

La détox, tout le monde en parle mais laquelle choisir ?

Ecouter son corps

Que faut-il retenir de ces détox proposées ? IL faudrait en premier lieu écouter son corps qui sait vous envoyer les signes d’une fatigue ou d’un engorgement de déchets qui impliqueraient la nécessité de pratiquer une détox.

Si l’on se sent en pleine forme, peut être que le corps n’en ressent pas le besoin. Mais si on se sent extrêmement fatigué la détox ne semble pas bienvenues non plus. Elle accentuerait la fatigue car les émonctoires n’ont à ce moment-là aucune force pour supporter un nettoyage.

Alors en premier lieu votre corps est le seul à pouvoir vous indiquer si vous avez besoin de détox. Tout en sachant que nos émonctoires sont ainsi faits que ce sont de valeureuses machines à détoxiner et ce tout au long de la journée. Heureusement d’ailleurs car nous subissons de si nombreuses attaques de toxines continuellement (pollution de l’air, de l’eau, des ondes…).

Et ensuite, quelle détox choisir ?

Pas besoin de compléments alimentaires il suffit parfois de laisser du temps à vos émonctoires pour qu’ils arrivent à mettre en place un nettoyage. Laisser du temps c’est-à-dire du « repos émonctoriel ». Non pas besoin de vous coucher sans bouger entre les repas.

Vos émonctoires sont toujours en activité que vous soyez couché ou en action ! Pour eux le seul repos c’est quand il n’y a plus d’apport de nourriture nouveau, ça leur permet de traiter, répartir puis évacuer tous les résidus des repas précédents.

Il faut au moins 4h (en moyenne, cela dépend de quelques facteurs !) entre chaque repas sans apport de nourriture pour mettre en place le système de nettoyage et que votre repas soit évacué de l’intestin grêle vers le colon. Mais si vous laissez un peu plus de temps à votre organisme il pourra encore mieux accomplir son travail de détoxination….on pourrait parles de jeûne intermittent sur une période 15 à 16h sans manger mais c’est un autre sujet

Pour en revenir à la détox il faut être en accord avec son corps et la saison. Au début du printemps privilégiez les aliments bourrés de vitamines et d’antioxydants pour lutter contre les radicaux libres. Fruits frais de saison, crudités en début de repas ou en jus si les intestins sont fragiles, légumes vapeur saupoudrés d’épices antioxydantes comme le curcuma, 1 petit verre de vin rouge naturel par jour…

Pas besoin de complémentation juste de bon sens et de bons produits !

Et si vous aviez envie d’essayer la cure de sève de bouleau sachez que cette cure ne vous fatiguera pas car la sève est remplie de minéraux. Mais attention si vous êtes allergiques au pollen du bouleau ! Un petit verre le matin à jeun pour recharger ses batteries ( : Surtout pas un grand verre au milieu d’un repas gras et copieux !