GPA, la Gestation Pour Autrui

Vous souhaitez faire appel à une mère porteuse ? PBE vous explique ce qu'est la gestation pour autrui pour vous aider à appréhender au mieux cette décision.

Qu'est-ce que la GPA ?

Les 9 mois de grossesse sont les premiers moments qu’une femme partage avec son enfant. Toutefois, certaines femmes n’ont pas cette chance. À cause d’une infertilité due à la malformation ou l’ablation utérine pour des causes médicales, certaines femmes ne peuvent pas porter elles-mêmes leurs enfants et ont donc recours à la gestation via une mère porteuse.

C’est là qu’intervient la gestation pour autrui. Cette technique de procréation peut également être utilisée par les couples homosexuels.

En quoi consiste réellement cette méthode de procréation ? Portail bien-être fait le point.

La gestation pour autrui, c’est quoi ?

Comprendre la gestation pour autrui

La gestation pour autrui ou GPA est un procédé d’enfantement qui consiste à faire appel à une mère porteuse. Cette dernière porte volontairement l’enfant d’un couple qui a fourni l’embryon.

On parle de gestation pour autrui quand l’enfant n’a génétiquement aucun lien avec la femme qui le porte. En effet, comme son nom l’indique, cette mère porteuse ne fait qu’assurer le développement intra-utérin du bébé contrairement à la procréation pour autrui où la femme est à la fois la mère biologique du fœtus et la mère porteuse.

La place de la mère porteuse selon les pays

Les conditions concernant la gestation des mères porteuses demeurent très variées selon les pays qui la légalisent :

  • Au Royaume-Uni, cette pratique se déroule par le biais d’une agence qui est chargée de mettre en relation la mère porteuse et les parents. Cette agence n’est pas autorisée à faire de la publicité et son intervention est à but non lucratif. La mère porteuse ne reçoit pas de rémunération hormis le dédommagement des frais qu’elle a pu engager pour mener à bien sa gestation. Enfin, ledit couple doit être marié et les deux personnes le formant doivent avoir au minimum 18 ans.
  • En Russie, certaines conditions doivent être scrupuleusement respectées pour pouvoir bénéficier de la GPA. Les mères porteuses doivent être âgées de 20 ans à 35 ans, elles doivent déjà avoir eu au moins un enfant et doivent êtres psychologiquement et physiquement en bonne santé. A l’instar du Royaume-Uni, il existe en Russie des agences qui permettent de mettre en contact la mère porteuse et le couple demandeur bien que des commerces illégaux se soient développés au fil du temps. Dans ce pays, la mère porteuse est indemnisée mensuellement et reçoit un salaire. La GPA est donc considérée comme un vrai travail et les mères porteuses sont d’ailleurs très recherchées dans le pays, car l’offre est supérieure à la demande. En contrepartie, la mère porteuse renonce entièrement à ses droits de mère une fois l’enfant né.
  • En Inde, ce sont des cliniques médicales qui font appel à des mères porteuses selon des critères bien définis (physique, âge, obéissance, détresse économique). Sa rémunération dépend ensuite du poids du bébé. Elle est généralement logée par la clinique pendant les 9 mois de grossesse et a l’obligation d’allaiter le bébé les premières semaines qui suivent l’accouchement.

La méthode de la gestation pour autrui est donc une pratique dont les conditions diffèrent selon les pays qui la légalisent. Il parait donc indispensable de s’informer en détail sur les lois en vigueur concernant la GPA dans le pays concerné.