Assistance médicale à la procréation

Vous souhaitez avoir recours à la PMA ? PBE vous explique les différentes possibilités de procréation médicalement assistée et vous guide dans votre choix.

Qu'est-ce que la PMA ?

L’AMP ou assistance médicale à la procréation ou procréation médicalement assistée (PMA) consiste à procéder à une fécondation en manipulant un spermatozoïde et/ou un ovule. Cette technique permet de remédier aux problèmes de conception.

Les personnes pouvant bénéficier de la PMA sont les couples hétérosexuels dont l’infertilité est diagnostiquée par un professionnel de la santé ou encore les personnes atteintes d’une maladie génétique pouvant porter préjudice à l’enfant. L’AMP propose donc différentes solutions à ces personnes. En effet, il existe plusieurs techniques d’AMP.

Assistance médicale à la procréation
Assistance médicale à la procréation

L’insémination artificielle

Cette technique consiste à traiter le sperme et à l’injecter dans l’utérus de la femme au moment de l’ovulation.

En général, avant l’insémination artificielle, un traitement hormonal, notamment une stimulation ovarienne est octroyée à la femme afin de permettre un développement folliculaire susceptible d’être fécondé. Par ailleurs, une échographie et une prise de sang sont réalisées au préalable pour suivre ce développement et administrer les dosages hormonaux.

Cette technique de la PMA s’avère être la plus simple et la plus économique. Ce processus de procréation est relativement long, mais permet une fécondation naturelle. L’insémination artificielle utilise du sperme frais, congelé ou préparé.

Il arrive également que des couples souffrant d’infertilité augmentent leurs chances de succès grâce aux dons de sperme. Dans ce cas précis, les délais d’attente sont multipliés car le nombre de dons de sperme est peu élevé alors que la demande pour ces derniers est très forte.

La fécondation in vitro (FIV)

Cette technique permet la fécondation de l’ovocyte par le spermatozoïde en laboratoire. En règle générale, elle concerne les gamètes des deux conjoints sauf si l’une des deux parties est infertile (après une chimiothérapie par exemple).

La fécondation in vitro permet la fécondation avec un spermatozoïde et un ovocyte de donneur. Grace à cette option de procréation assistée, l’AMP procède d’abord à la stimulation des follicules par le biais d’un traitement hormonal avec des doses de FSH exogènes. Il faut noter que ces doses sont plus élevées que celles utilisées pour une insémination. Une fois les follicules matures, ils sont prélevés pour être transmis au laboratoire. Par ailleurs, le sperme est lui aussi traité dans un laboratoire spécialisé, puis déposé dans un congélateur.

La fécondation in vitro avec micro-injection

Cette méthode de fécondation, en plus de la procréation, a permis de résoudre un nombre important de problèmes d’infertilité masculine. En effet, les couples utilisant cette technique ont 22% de chance d’avoir un enfant contre 20% pour la FIV classique.

Avec cette technique, un seul spermatozoïde est sélectionné au préalable et grossi 200 à 400 fois avant d’être injecté dans l’ovocyte. Un biologiste se charge de cette injection, sous contrôle d’un microscope, d’où l’appellation micro-injection. Une injection est administrée à chaque ovocyte mature fécondable.

La fécondation in vitro avec micro-injection reprend les autres étapes de la fécondation in vitro classique, depuis la stimulation hormonale de la femme jusqu’au transfert d’embryons.

La Gestation pour autrui (GPA)

La GPA est une méthode de procréation permettant à des couples d’avoir recours à une mère porteuse. Les personnes choisissant de procréer grâce à la GPA sont bien souvent des couples homosexuels infertiles ou des femmes sans utérus.

Bien qu’interdite en France, la GPA est autorisée dans beaucoup d’autres pays notamment la Belgique, le Royaume-Uni… De nombreux couples français ne pouvant donc pas procréer se rendent alors à l’étranger afin de donner naissance à un enfant de manière légale. Les lois entourant cette pratique variant selon les pays, les couples souhaitant recourir à la GPA doivent impérativement se documenter sur les lois en vigueur avant d’entamer toute démarche.

L’accueil d’embryon

Le dernier recours en cas d’infertilité ou de maladie génétique grave que permet l’assistance médicale à la procréation est l’accueil d’embryon. Cette technique est envisagée lorsque les autres méthodes d’aides à la procréation ne peuvent pas être mises en œuvre ou ont échouées.

Il est possible d’effectuer une demande de réception d’un embryon congelé issu d’un autre couple ayant au préalable suivi une démarche d’AMP. Cependant, cette démarche est acceptée par la majorité des centres sous réserve du respect de certaines conditions notamment l’obtention d’une attestation médicale auprès du centre AMP concerné mais aussi l’autorisation du président du tribunal de grande instance.

D’autre part, cette technique assure l’anonymat à la fois pour le couple donneur et le couple receveur d’embryon, elle relève du volontariat et est totalement gratuite. En effet, l’accueil d’embryon ne peut en aucun cas faire l’objet de contrepartie financière.

Quelle PMA choisir ?



  • Vous souhaitez avoir recours à la FIV ? Portail bien-être vous explique en détail les étapes de cette technique de procréation médicalement assistée.


  • Vous souhaitez faire appel à une mère porteuse ? PBE vous explique ce qu'est la gestation pour autrui pour vous aider à appréhender au mieux cette décision.