Covid-19 : masque jetable ou masque tissu ?

Le masque est devenu en l'espace de quelques mois un élément de notre quotidien. Mais quel masque choisir : tissu ou jetable ?

Introduction

La pandémie du coronavirus a bouleversé nos habitudes de vie. Elle a notamment rendu indispensable le port du masque à – presque – chacune de nos sorties.

La question se pose alors : faut-il porter un masque jetable ou est-il préférable d’opter pour un masque en tissu ? Nous vous livrons dans cet article quelques éléments de réponse pour vous aider à faire facilement le bon choix.

Covid-19 : masque jetable ou masque tissu ?

Masques jetables et masques en tissu : que choisir ?

De manière générale, ce sont les masques chirurgicaux que l’on qualifie de jetables. Normalement réservés aux personnels soignants, ils sont désormais autorisés à la vente au grand public en raison de la pandémie. En principe, ils doivent être jetés à la poubelle après avoir été portés pendant 4 heures. Ils sont disponibles en boîte de 20 ou de 50 auprès des pharmacies, des grandes surfaces ainsi que sur certaines plateformes en ligne.

Pour remédier à la rupture de stock des masques chirurgicaux, l’Afnor (Association française de normalisation) a proposé un référentiel et des patrons pour que tout le monde puisse fabriquer des masques en tissus. Ces derniers peuvent être réutilisés après lavage. Comme les masques jetables, ils ne doivent être portés que pendant 4 h d’affilée. Si vous savez coudre et possédez le matériel pour ce faire, vous pouvez réaliser vous-même vos propres masques en tissus. On parle alors de masques de catégorie 2.

Toutefois, certaines entreprises à l’instar de sofileta-sante.fr confectionnent aujourd’hui des masques en tissu qui répondent aux normes actuellement en vigueur et les proposent à la vente au grand public. Par rapport aux masques en tissu fait maison, ce type de masque qui est dit de catégorie 1 a l’avantage d’intégrer plusieurs technologies qui renforcent leur efficacité et leur confort.

Masque jetable et masque en tissu : lequel est le plus efficace ?

Bien que de nombreuses améliorations ont été apportées aux masques en tissu, il est à ce jour admis que les masques chirurgicaux sont les plus efficaces pour limiter le facteur de risque de transmission des agents infectieux, notamment le virus du Covid-19.

Selon les études effectuées, les masques jetables permettraient de filtrer pas moins de 95 % des particules de 3 microns et plus. Il est également avéré qu’ils filtrent à la fois l’air inhalé et l’air expiré par le porteur. Concrètement donc, ils permettent de protéger à la fois l’utilisateur et son interlocuteur. Les masques en tissu sont particulièrement pratiques et présentent des avantages sur le plan écologique en raison de l’aspect réutilisable. En effet, les masques jetables se retrouvent actuellement régulièrement dans la nature, une source de pollution de plus, particulièrement problématique.

En revanche, les performances de filtration des masques en tissu sont inférieures, et ce, quelle que soit leur catégorie. Les experts affirment que les masques de catégorie 1 – les masques fabriqués selon la norme Afnor – ne filtreraient qu’environ 90 % des projections particules émises par le porteur. Pour les masques de catégorie 2 – les masques faits maison –, ce chiffre se situerait aux alentours de 70 %. Dans les deux cas, ces performances diminueraient au fur et à mesure que les masques sont lavés.

Selon l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la santé au travail), les masques en tissu permettraient aussi de protéger le porteur des projections salivaires d’un interlocuteur. Toutefois, il n’y a aucune certitude sur leur niveau de performance.

Il est à rappeler que pour que les masques en tissu restent efficaces, ils doivent être lavés à une température de 60 °C avec du savon. Ils doivent par ailleurs être jetés après plusieurs lavages. Le nombre de lavages maximum est indiqué sur l’emballage.

Quelle solution est la plus confortable ?

Si le port du masque est indispensable pour freiner la propagation des virus, il peut également être source d’inconfort pour certaines personnes. En effet, nous avons tous déjà entendu quelqu’un se plaindre de ne pas pouvoir respirer correctement avec un masque ou pire encore de voir apparaître des problèmes de peau (rougeur, acné, démangeaisons…) à cause de cet accessoire.

Si le confort est une notion assez relative, les statistiques ont révélé que les masques en tissu, plus particulièrement ceux en coton, étaient jugés par le plus grand nombre comme les plus confortables. Ils sont non seulement légers et par conséquent agréables à porter, mais offrent également une meilleure « respirabilité ».

Pour éviter tous les désagréments liés au port du masque, il est recommandé d’éviter les masques en tissu opaque et de couleur sombre quand les températures sont élevées. Il faut également s’assurer que le masque soit à la bonne taille pour ne pas malmener les oreilles.

Quelle est la solution la plus économique ?

Il est également important de prendre en considération le prix des masques, car au fil des mois, ils peuvent représenter un poste de dépense non négligeable dans le budget familial. En effet, pour un ménage composé d’un couple et de 2 enfants, la facture mensuelle peut vite être importante.

De prime abord, les masques jetables peuvent s’imposer comme la solution la plus économique compte tenu de leur prix à l’achat. Cependant, sur le long terme et sachant que les masques en tissu peuvent être réutilisés jusqu’à 20 fois, ce sont ces derniers qui sont les plus rentables. Au final, ils reviennent 4 fois moins chers que les masques chirurgicaux.

Masque jetable et masque en tissu : lequel est le plus écologique ?

Depuis quelques mois maintenant, les masques jetables constituent un véritable danger pour l’environnement. Ils sont jetés partout et finissent parfois dans l’océan. Et pourtant, contrairement à ce que leur apparence peut laisser croire, ils ne sont pas biodégradables. Fabriqués à partir de polypropylène, un dérivé du pétrole de la catégorie des matières thermoplastiques, ils peuvent mettre jusqu’à 400 ans pour se désagréger dans la nature. Par ailleurs, étant des déchets infectieux, ils sont très peu recyclés.

Étant réutilisables plusieurs fois, les masques en tissu se révèlent être l’alternative la plus écologique. De plus, de nombreux fabricants proposent aujourd’hui des variantes bio encore plus écoresponsables.

Dans tous les cas, pensez à jeter vos masques usagés à la poubelle, dans un sac fermé pour éviter de polluer l’environnement, mais aussi pour éviter de contaminer les agents municipaux de la propreté.