Fonctionnement sauna infrarouge : comment ça marche ?

Le sauna infrarouge diffère du sauna traditionnel. Mais comment cela fonctionne ? Quels en sont les bienfaits ? Est-ce mieux qu'un sauna classique ?

La chaleur, source de bien-être et de santé

La chaleur a directement à voir avec le bien-être et la santé. Cela, l’homme l’a toujours su instinctivement. Personne n’aime grelotter de froid, et dès qu’il fait froid, on recherche systématiquement une source de chaleur, pour se blottir contre un poêle en faïence, se réchauffer devant l’âtre d’une cheminée ou prendre un bain chaud. La chaleur nous fait tout simplement du bien et contribue également à notre bien-être émotionnel.

Même les animaux utilisent la chaleur pour soulager divers maux. Comme l’homme, ils se servent instinctivement de la chaleur pour en tirer des avantages bénéfiques pour la santé.

De tout temps, pratiquement toutes les cultures savaient que la chaleur active la santé et peut apaiser diverses souffrances. Que ce soit dans les huttes de sudation indiennes, les bains romains ou les massages aux pierres chaudes hawaïennes, les applications de chaleur étaient utilisées pour détendre les tissus, pour apaiser les douleurs et pour purifier le corps.

Fonctionnement sauna infrarouge : comment ça marche ? (illustration : cabine infrarouge Physiotherm)
Fonctionnement sauna infrarouge : comment ça marche ? (illustration : cabine infrarouge Physiotherm)

Pourquoi infrarouge ?

Ce type de sauna est appelé sauna infrarouge tout simplement car il utilise les rayons infrarouges dans son fonctionnement.

Étymologiquement, le terme infrarouge est formé à partir du préfixe latin « infra », qui signifie « inférieur ». Il exprime le fait que dans le cadre du sauna infrarouge, on considère une plage du rayonnement électromagnétique qui se situe au-dessous de l’extrémité rouge du spectre de la lumière visible. Le spectre infrarouge, qui nous est invisible, comprend la plage de longueurs d’ondes allant de 780 nm à 1.000.000 nm (nanomètres).

L'infrarouge est-il bon pour la santé ?

Les rayons infrarouges n’ont pas d’effet direct sur le bien-être et la santé de la personne. Toutefois, s’ils sont utilisés de la bonne façon, ils peuvent être très bénéfiques.

Le rayonnement infrarouge transmet la chaleur sans contact avec la peau. En principe, il ne sert que de médium qui va transporter la chaleur et n’a en lui-même aucun effet sur la santé. Les mécanismes de défense de la peau contre la chaleur sont moins sollicités par ce transfert de chaleur.

C'est quoi l'infrarouge alors ?

Le rayonnement infrarouge est une onde électromagnétique invisible et a cette particularité d’être absorbé et transformé en chaleur par les matières qu’il trouve sur son chemin. Si une personne est assise devant une source de chaleur (infrarouge, poêle, feu, etc.), la peau absorbe une proportion d’infrarouge perçus comme de la chaleur, d’où l’expression familière « rayonnement thermique » émettant un rayonnement infrarouge.

Le rayonnement infrarouge est composé de 3 parties. Selon la longueur du rayonnement qui est influencé par la température émise, on va parler d’infrarouge A, B ou C :

  • Infrarouge A : ondes courtes de 780 nm à 1.400 nm, température de 1500° C ;
  • Infrarouge B : ondes moyennes de 1.400 nm à 3.000 nm, température de 300 à 1.500 ° C ;
  • Infrarouges C : ondes longues de 3.000 nm à 1 million de nm, température jusqu’à 300° C.

Le soleil est le plus grand fournisseur de rayons infrarouges et réchauffe ainsi notre planète. Cette chaleur nous est redistribuée par notre environnement sous forme de rayonnement infrarouge C. L’infrarouge C, est donc la partie d’infrarouge qui est le plus souvent en contact avec le corps humain et que l’organisme tolère le mieux.

Le spectre Infrarouge est réparti respectivement selon sa longueur d’ondes dans les parties : A (ondes courtes), B (ondes moyennes), C (ondes longues). Cette classification est historiquement justifiée et n’a en soi rien à voir avec les effets du rayonnement sur l’humain.

A l’exception de laser et de diodes spécifiques, il n’existe pas d’infrarouge purement A et B. Dès que la température de rayonnement d’une source de chaleur dépasse les 300° C, le rayonnement infrarouge B et C y est déjà présent. De la sorte, si la source de chaleur est supérieur à 1.500° C, le rayonnement infrarouge A, B et C y sont présents naturellement. On parle alors de « spectre total » composé de rayons A, B et C.

Quel est le but du sauna infrarouge et pourquoi l'utiliser ?

Les applications de chaleur intégrales peuvent avoir deux objectifs : la stimulation du corps selon le Docteur Kneipp (sauna finlandais, bio, cabine chauffante infrarouge) et l’apport de chaleur en profondeur (cabine infrarouge basse température, thérapie Waon). La différence réside dans la manière de la réaction du corps à la régulation de température provoquée ainsi.

Lors d’une application intégrale, on expose la quasi-totalité du corps à la chaleur. Mais, plus cet apport de chaleur au corps agit contre la régulation naturelle de la chaleur du corps, plus cette chaleur sera insupportable pour le système cardiovasculaire. Par la température élevée dans le sauna finlandais par exemple, tous les mécanismes de régulation de chaleur sont bloqués ; le corps prend plus de chaleur par la convection, conduction et les infrarouges qu’il ne peut en éliminer. En raison de la température élevée, la pression de la vapeur dans l’air est plus forte que la pression de la vapeur que la peau peut éliminer. Ce qui signifie que la sueur coule sur la peau et ne peut pas s’évaporer et, est perdue pour le refroidissement et la régulation de la chaleur de la peau.

Le but du sauna infrarouge va dans le sens des applications de chaleur selon le docteur Kneipp : alterner les ambiances chaudes et froides. Faire un sauna sans se rafraîchir après est idiot, inutile voire même dangereux. Ce n’est qu’en alternant chaud et froid que le système immunitaire est activé et le corps renforcé, mais cela seulement si on le fait régulièrement.

Le sauna traditionnel est plus dangereux que le sauna infrarouge ?

Par l’apport extérieur de chaleur, l’organisme tente au début de protéger la peau, envoie ensuite plus de sang (27 à 37° C) vers la peau pour la rafraîchir et commence à transpirer. Toutefois, des études scientifiques ont montré que ce mécanisme, dans le cadre d’un sauna traditionnel, peut avoir des conséquences néfastes.

Malgré cela, le corps ne peut se rafraîchir dans la cabine du sauna traditionnel, la sueur ne s’évapore pas, mais perle sur la peau et, est par conséquent perdue pour le refroidissement de la peau.

Comme la peau absorbe plus de chaleur par convection, conduction et par infrarouges qu’elle ne perd, tous les mécanismes de défense sont bloqués. Le reflux sanguin vers le cœur est bloqué par des thermorécepteurs au niveau des veines pour éviter une augmentation de la température trop rapide du centre du corps. Rien que pour cette raison, beaucoup de gens ressentent un passage au sauna classique comme agressif et étouffant.

En principe seule la peau est réchauffé, et pas le noyau du corps comme on le supposait à défaut. Si toutefois on reste trop longtemps dans un sauna, le corps est alors obligé de récupérer le sang réchauffé au niveau de la peau, pour prévenir un arrêt circulatoire, ce qui peut alors provoquer une augmentation de la température corporelle qui peut dépasser les 38 ° C et vous mettre en état de fièvre artificielle.

Comment fonctionne une cabine de sauna infrarouge pour éviter les risques d'arrêt respiratoire ou de fièvre artificielle ?

Les cabines infrarouges chauffantes, en bois et/ou en verre, sont chauffées par des réflecteurs infrarouges. Avec les cabines de sauna à infrarouges, il faut bien faire la différence entre les cabines chauffantes et les cabines infrarouges basse température :

  • Les cabines chauffantes fonctionnent au-delà de la zone thermo-neutre (40 à 80 °C) ;
  • Les cabines infrarouges basse température agissent dans la zone thermo-neutre (27 à 37°C).

Comparativement à la régulation de chaleur, une cabine chauffante ressemble cependant à un sauna bio. Toutes les cabines chauffantes fonctionnent avec un thermostat, comme un chauffage central. Autrement dit, vous réglez une certaine température, quand cette température est atteinte, le thermostat va couper le chauffage pendant un certain temps, puis relancer le chauffage, l’arrêter, et ainsi de suite. Ce qui veut dire que pendant la plupart du temps, vous êtes assis devant un réflecteur qui ne rayonne pas.

Quelles différences entre une cabine infrarouge basse température et une cabine chauffante classique ?

L’aspect extérieur d’une cabine infrarouge basse température est identique à une cabine chauffante classique. Par contre, elle est tout à fait incomparable de par ses effets sur la santé et par sa technologie.

Les cabines infrarouges basse température agissent en-dessous de la zone thermo-neutre (27 à 37° C). À ce stade ce n’est pas encore une application de chaleur. L’apport de chaleur le plus important se fait sur seulement 10 à 12 % de la surface de la peau, idéalement au niveau de la colonne vertébrale, par un rayonnement infrarouge ininterrompu.

Les bienfaits d'une cabine basse température

Si on veut atteindre naturellement un réchauffement en profondeur, il ne faut pas interagir contre la régulation de chaleur du corps. Un environnement thermo-neutre est nécessaire pour cela. Dans un bon contexte, le corps se trouve en équilibre thermique avec son environnement et le sang peut circuler librement. Si on réchauffe maintenant une surface de la peau idéalement placée dans le dos, le sang thermo-neutre se mélange avec le sang réchauffé. De la sorte, les systèmes d’alertes du corps ne se déclenchent pas.

Par une modification du flux sanguin, l’apport de chaleur est distribué progressivement au corps. On arrive ainsi à un réchauffement en profondeur du corps humain. Cette méthode, appliquée notamment dans les cabines de sauna à infrarouges basse température Physiotherm et Klafs à une température ambiante de 37°C, a un tout autre objectif comparativement à un sauna traditionnel, un hammam ou encore une cabine chauffante à infrarouges. Et cette différence est très importante pour les personnes atteintes de maladies chroniques. Elle rend possible un doux réchauffement à cœur : le débit sanguin et la température sont augmentées dans la musculature et les tissus conjonctifs.

A partir d’une température moyenne dans les fibres musculaires de 27 à 34 °C et un réchauffement en profondeur jusqu’à 37°C, on arrive à une augmentation de température de 5 à 10°C dans le noyau du corps. C’est une règle biochimique toute simple : une augmentation de la température dans les tissus augmentera le métabolisme d’un facteur de 2 ou de 3 et l’irrigation sanguine sera améliorée.

Associé à un flux sanguin amélioré par le transport de chaleur, grâce au sauna infrarouge à basse température, on atteint des effets connus sous les termes de désintoxication et de désacidification.

L’utilisation de la chaleur et, surtout, l’échauffement en profondeur offrent une gamme d’applications étonnamment large. Ces applications peuvent améliorer la circulation sanguine et l’alimentation des tissus, contribuer au « rinçage » des interstices cellulaires, à la stimulation métabolique et au renforcement du système immunitaire. En outre, la chaleur peut également détendre les muscles et soulager les douleurs.

Des applications régulières d’échauffement profond, telles que le permet la technologie à basse température, peuvent donc apporter, dans le cas de beaucoup de maladies, une précieuse contribution à l’élaboration d’un concept de thérapie individuelle, et trouvent également toute leur justification dans le domaine des soins de santé.

Questions-réponses sur Fonctionnement sauna infrarouge : comment ça marche ?

Posez votre question