Traitement naturel : comment se débarrasser d’une dermite séborrhéique ?

La dermite séborrhéique peut être soulagée par de nombreux traitements naturels. Afin de limiter cette maladie de peau, découvrons les solutions possibles.

Qu'est-ce qu'une dermite séborrhéique : rappel

La dermite séborrhéique est une maladie de peau inflammatoire qui se caractérise par des plaques rouges recouvertes de squames blanchâtres. Bien que ses causes restent encore mystérieuses, un champignon microscopique, plus précisément une levure, le Malassezia furfur, y jouerait un rôle.

Les lésions sont cutanées et touchent principalement le visage et le cuir chevelu avec la présence de pellicules grasses. Cette maladie de peau peut aussi se propager, notamment au niveau des parties génitales, des plis de peau, comme dans l’aine par exemple, et du tronc. En effet, les zones grasses du corps, comme les ailes du nez ou le cuir chevelu, possèdent un terrain favorable au développement du champignon.

Cette dermite, appelée également eczéma séborrhéique ou dermatite séborrhéique, évolue par poussées. Les traitements médicaux permettent de réduire la prolifération des champignons Malassezia, mais ne les éliminent jamais complètement.

Mais comment se débarrasser d’une dermite séborrhéique alors, ou du moins de ces inconvénients ? Pour cela, il existe des méthodes naturelles calmant les démangeaisons et l’inflammation, et prévenant les poussées.

Traitement naturel : comment se débarrasser d’une dermite séborrhéique ?
Traitement naturel : comment se débarrasser d’une dermite séborrhéique ?

Les shampoings

Laver les cheveux avec un shampoing traitant spécifique peut être très efficace pour se débarrasser de la dermite séborrhéique, surtout lorsque celle-ci est débutante. Plusieurs composés présents dans ces shampoings ont des propriétés reconnues pour lutter contre cette maladie de peau : la pyrithione de zinc, la piroctone-olamine, l’acide salicylique, le sulfure de sélénium ou encore le kétoconazole.

Ces composés sont :

  • antifongiques, pour réduire la prolifération des champignons ;
  • anti-inflammatoires, comme les inhibiteurs de la calcineurine ou les corticostéroïdes, pour calmer le prurit ;
  • kératolytiques, pour éliminer les squames et pellicules ;
  • antiprolifératifs, afin de calmer la prolifération des cellules.

Quelques recommandations concernant l’utilisation de ces shampoings permettent d’optimiser leurs résultats :

  • un lavage 2 à 3 fois par semaine ;
  • un massage doux du cuir chevelu ;
  • avant rinçage, laissez reposer quelques minutes ;
  • un séchage des cheveux à l’air libre.

Il est déconseillé d’utiliser un sèche-cheveux, du gel et de la laque.

De même, les femmes enceintes et allaitantes doivent consulter leur médecin traitant avant d’utiliser ce type de shampoing.

L'homéopathie

En fonction de la localisation des lésions cutanées de la dermatite séborrhéique, plusieurs traitements homéopathiques sont possibles pour la traiter.

Selon les cas, le produit homéopathique diffère mais la posologie reste la même, à savoir 5 granulés en 9 CH, 2 à 3 fois par jour :

  • pour des lésions du cuir chevelu et du visage : Natrum muraticum (particulièrement utile pour les personnes ayant une peau grasse), Oleander, Graphites, Viola tricolore, Mezereum ;
  • pour une dermatite des membres : Petroleum, Anagallis, Antimonium ;
  • pour des lésions des organes génitaux : Croton tiglium ;
  • contre les croûtes de lait du nourrisson : Calcarera carbonica.

Le Kalium sulfuricum et le Mezereum sont également efficaces pour calmer l’inflammation et les démangeaisons, et traiter la dermite séborrhéique naturellement.

Les huiles essentielles

L’utilisation d’huiles essentielles est le traitement naturel de la dermite séborrhéique par excellence.

Chaque huile essentielle possède des propriétés spécifiques qui aident à lutter contre cette pathologie. Un mélange de ces huiles donne une action plus large, en calmant les démangeaisons, l’inflammation, en luttant contre le champignon, et en rééquilibrant la flore cutanée.

Pour cela, quelques gouttes d’huile essentielle sont à ajouter au baume de Copahu, une huile végétale réparatrice et apaisante, et à appliquer sur les zones atteintes par la dermite. Un gel d’aloe vera peut également y être associé, pour apaiser les démangeaisons et les sensations de brûlure.

Les huiles essentielles possèdent des contre-indications. Il est conseillé aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’aux enfants de moins de 8 ans de consulter un médecin avant toute application.

L’huile essentielle d’arbre à thé

Elle est antifongique et bactéricide. Les huiles essentielles d’arbre à thé ou Tea tree, permettent de lutter efficacement contre la prolifération des Malassezia. Cette huile assainit la peau et le cuir chevelu tout en douceur.

L’huile essentielle de lavande aspic

L’huile essentielle de lavande aspic permet d’apaiser le prurit grâce à ses propriétés antalgiques. En effet, elle est réparatrice et calmante.

L’huile essentielle de Géranium rosat

Antifongique et anti-infectieuse, cette huile limite la prolifération du champignon Malassezia, mais aide aussi à la régénération des cellules cutanées malades.

L’huile essentielle de Palmarosa

Elle assainie les peaux grasses et réduit le sébum, grâce à son action antifongique et anti-bactérienne.

Gel nettoyant et hydrolat

Laver les zones touchées par la dermite séborrhéique avec un gel nettoyant neutre est également préconisé entre les poussées. L’hydrolat de Romarin verbérone permet de nettoyer le visage, de purifier les peaux acnéiques et de prévenir les pellicules.

Le bicarbonate de soude

Une pâte à base de bicarbonate de soude et d’eau peut aussi, en application cutanée, réduire l’excès de sébum des peaux sujettes aux imperfections. En effet, le Malassezia apprécie particulièrement les zones grasses, le bicarbonate réduit donc sa propagation. Attention toutefois à son effet irritant sur les peaux sensibles.

La phytothérapie

Certaines huiles à base de plantes possèdent une action hydratante et cicatrisante pour la peau. Elles aident à soulager le prurit, et à réparer les zones abîmées.

C’est le cas de l’huile de carthame et de l’huile de bourrache qui sont utiles dans le traitement naturel de la dermite séborrhéique.

Le sel de mer

L’eau salée aurait une action bénéfique sur la dermite séborrhéique, bien qu’elle puisse toutefois être agressive et irritante pour la peau.

Rincer ses cheveux avec de l’eau salée après chaque shampoing permettrait de prévenir les crises. Pour cela, il suffit de mélanger de l’eau et du gros sel.

Des gels ou des pains dermatologiques aux sels de mer peuvent aussi être employés. Ils peuvent avoir un effet irritant pour la peau, et ne sont pas à utiliser en excès.

Changer son alimentation

La consommation de certains aliments va favoriser le développement du champignon Malassezia, et donc de la dermite. En effet, ces levures se développent plus vite lorsque l’alimentation est trop riche en sucre. Il convient donc de limiter les sucres et les graisses saturés, mais aussi de consommer des aliments riches en vitamine E et en acides gras essentiels. Ainsi, les légumes verts, et principalement les choux, ont un rôle bénéfique et protecteur.

La consommation d’alcool favorise également le développement de la dermite.

Les traitements naturels de la dermite séborrhéique : conclusion

La dermite séborrhéique peut être soulagée par de nombreux traitements naturels. Afin de limiter cette maladie de peau, plusieurs solutions sont possibles :

  • utiliser des huiles essentielles (arbre à thé, Geranium rosat, Palmorosa), pour leurs propriétés antifongiques ;
  • prendre un traitement homéopathique ;
  • appliquer de l’aloe vera ou d’autres huiles végétales, pour leurs propriétés apaisantes ;
  • laver les cheveux avec des shampoings doux exempts de corps gras, et des shampoings traitants en période de poussée ;
  • opter pour une alimentation équilibrée, peu riche en sucre, et limiter la consommation d’alcool.

Un terrain acnéique, à peau grasse, favorise le développement de la dermite. Pour cette raison, un lavage quotidien, mais non-agressif, avec des produits permettant de réguler le sébum et le pH de la peau, est recommandé entre les poussées.

Le manque d’hygiène, l’obésité et le surmenage sont aussi des facteurs aggravant.

Les personnes atteintes d’autres pathologies sont plus à risque de développer cette maladie. C’est le cas de la maladie de Parkinson, de la trisomie 21, ou de la séropositivité au VIH.

Enfin, toutes ces mesures serviront à contenir le champignon, l’inflammation et à réduire les lésions, mais ne pourront pas guérir complètement la personne malade. En effet, la dermatite séborrhéique est une maladie chronique.