Une vie sans gluten

de -01 mars 2012 - 137 pages - 5 avis

Se procurer le livre

Ecrit par Christophe Cellier, Une vie sans gluten est un livre référence pour développer ses connaissances bien-être et santé, et approfondir sa formation nutritionniste.

Une vie sans gluten
Une vie sans gluten

Présentation de l’éditeur

Une vie sans gluten, témoignage : "si le docteur Jacob n'avait pas trouvé ce que tu avais, tu serais probablement morte avant six ans... Je n'avais guère prêté attention à l'intensité de cette phrase ni à sa signification, lourde de sens, jusqu'à ce que je rencontre les parents d'un enfant intolérant au gluten, il y a quelques années. Des parents [... ] Si impuissants devant cette "maladie, allergie" qu'ils m'ont presque sauté au cou de soulagement lorsque je leur ai dit que, moi aussi, j'étais intolérante depuis ma naissance." Ce récit vibrant d'une jeune femme qui se bat au quotidien contre la maladie coeliaque, apporte un message d'espoir et des réponses concrètes aux malades comme à leur famille pour accomplir le geste le plus simple au monde, mais incontournable et vital : s'alimenter La preuve que l'on peut vivre presque normalement avec cette lourde pathologie. Une énergie à toute épreuve et un bel exemple de courage, un baume au coeur de tous ceux que la maladie entrave dans leur vie de chaque jour Delphine de Turckheim fait ses débuts d'animatrice télé pour Intervilles en 1998. Depuis elle a animé avec succès de nombreuses émissions dont Mon incroyable fiancé sur TFI, 100000 euros sur la table sur NTI, Casaques et Randonneurs d'aventure sur Equidia. En 2010, pour Un verre de terroir, elle est allée interviewer les 24 plus grands viticulteurs français, dans leurs vignes sur tout le territoire national. Marraine de l'afdlag (Association Française Des Intolérants Au Gluten) depuis 2008, elle participe activement à faire connaître cette maladie qui concerne en France environ 150 000 personnes mais toucherait réellement une personne sur cent.

Revue de presse

Malade, mais de quoi ? "Si le docteur Jacob n'avait pas trouvé ce que tu avais, tu serais probablement morte avant l'âge de six ans..." Combien de fois ai-je entendu cette phrase résonner à mes oreilles ? Des Centaines peut-être, même encore aujourd'hui. Je vais bien et je ne me suis jamais vraiment posé la question : "morte, pourquoi ? Pourquoi Cette maladie ? Pourquoi Moi ?" Je n'avais guère prêté attention à l'intensité de cette phrase ni à sa signification, lourde de sens, jusqu'à ce que je rencontre les parents d'un enfant intolérant au gluten, il y a quelques années. Des parents tellement désemparés, tellement perdus face à leur enfant de onze ans, malade coeliaque, si impuissants devant cette "maladie, allergie" qu'ils m'ont presque sauté au cou de soulagement lorsque je leur ai dit que, moi aussi, j'étais intolérante depuis ma naissance. Au début, ils ne m'ont pas crue tant ils me trouvaient en bonne santé, pleine de vie. Je leur paraissais tellement normale par rapport à leur fils, si éteint, si triste, que j'ai dû leur expliquer mon cas, comment j'arrivais à vivre avec ce problème au quotidien, depuis les premiers mois de ma vie. Je Pense souvent avec beaucoup d'émotion au docteur Jacob, mon pédiatre, mon sauveur, tellement génial que je l'ai gardé comme médecin traitant jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Quand j'étais petite, je ne savais pas ce que signifiait le mot "gluten". À l'adolescence non plus. Je m'en fichais pas mal... Tout du moins en apparence. Je ne me posais même pas la question. Il m'était devenu normal de vivre sans pain, sans farine de blé, sans gâteaux, pâtes ni pizzas, ce qui ne me gênait pas. L'habitude était prise. Je vivais avec ce régime que je saisissais mal et qui m'était imposé par des médecins qui n'y comprenaient pas grand-chose. Le pli était pris. C'était comme avec un grain de beauté ou plutôt une verrue. Plus tard, j'ai compris l'importance de ce mot "gluten" dans la vie de tous les jours, dans ma vie. Je Finissais de déjeuner chez une amie, avec son bébé de quatre mois, lorsque, sur la table de la cuisine, j'ai aperçu des petits pots à la pomme. Regardant la composition de la compote, ce qui m'était devenu habituel, un réflexe à l'approche de toute étiquette alimentaire, j'ai lu la mention "sans gluten". Je ne pensais pas qu'elle pouvait figurer là aussi. Après réflexion, cela paraît logique, dans la mesure où cette intolérance, encore mal connue, peut se déclarer à tout âge : autant retarder le plus possible l'introduction de gluten dans l'organisme. L'enfant est fragile pendant les premiers mois de sa vie. Lorsque la paroi intestinale du nouveau-né est vierge de toute alimentation (à part le lait maternel et un peu d'eau parfois), l'introduction de la farine de blé peut être néfaste. Logique, mais découvert récemment. Et puis, c'est étonnant : quelle idée de mettre du gluten dans de la compote de pommes ! Certains Industriels en glissent dans le chocolat, le pâté, le jambon, le fromage et certains médicaments. Il faut le savoir...