Biochimie des activités physiques et sportives

de -04 septembre 2012 - 638 pages - 1 avis

Se procurer le livre

Ecrit par Nathalie Boisseau, Biochimie des activités physiques et sportives est un livre référence pour développer ses connaissances bien-être et santé, et approfondir sa formation nutritionniste.

Biochimie des activités physiques et sportives
Biochimie des activités physiques et sportives

Présentation de l’éditeur

Cet ouvrage aborde les différentes adaptations métaboliques et hormonales sous-tendues par l'exercice physique et l'entraînement. Son originalité repose sur un bref rappel théorique des cycles biochimiques, suivi par une approche méthodologique des techniques d'investigation du métabolisme énergétique et des différents systèmes pourvoyeurs d'énergie. Quelque 384 figures et 80 tableaux illustrent et synthétisent les apports scientifiques réalisés tant chez l'animal que chez l'homme. L'inclusion de plus de 4000 références permet au lecteur' de retrouver les publications relatives aux expérimentations et concepts originaux. Chaque chapitre introduit brièvement les cycles métaboliques inhérents aux différentes catégories de substrats énergétiques impliqués dans la contraction musculaire. Les mécanismes d'adaptation sont analysés en fonction de l'intensité, de la durée de l'exercice, de l'âge, du sexe et de l'entraînement. L'accent est également mis sur les contraintes métaboliques et hormonales limitant la performance physique. Les deux derniers chapitres apportent des informations précises sur le stress oxydatif et la fatigue engendrés par l'exercice intense. Un résumé succinct et des questions de révision aident le lecteur dans sa démarche de compréhension. Un glossaire en fin d'ouvrage facilite la définition des termes usuels. Public : L'ouvrage est destiné aux chercheurs en physiologie de l'exercice et du sport, aux enseignants et aux étudiants des t et 3e cycles en sciences et techniques des activités physiques et sportives (Facultés des Sciences du Sport). L'ouvrage sera également un outil précieux à toute personne travaillant dans le domaine de la pratique sportive (médecins du sport, kinésithérapeutes, entraîneurs, directeurs techniques, etc. ) Et à tout sportif désireux de comprendre les mécanismes de la performance physique. Présentation de l'auteur : Jacques R. Poortmans professeur à la faculté des sciences de la motricité de l'université libre de bruxelles où il a enseigné la biochimie des activités physiques et la nutrition du sportif. Fondateur et président honoraire du "international research group on biochemistry of exercise" qui organise des congrès et des cours internationaux sur la biochimie de l'exercice et de l'entraînement. Il est "fellow" de i' "american collège of sports medicine" et du "european collège of sports sciences". Il est également membre de comités de lecture de plusieurs revues scientifiques internationales. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur le métabolisme des protéines lors de l'exercice physique et les compléments nutritionnels destinés aux sportifs. Nathalie Boisseau est professeur en physiologie du sport à l'ufrstaps de Clermont-Ferrand et directrice du laboratoire des adaptations métaboliques à l'exercice en conditions physiologiques et pathologiques (AME2P). Elle mène au sein de ce laboratoire des travaux de recherche orientés vers l'adaptation du métabolisme énergétique à l'exercice en fonction de l'âge et du sexe et s'intéresse particulièrement aux aspects nutritionnels relatifs à la pratique sportive.

Revue de presse

Racines historiques de la biochimie des activités physiques et sportives Au lieu de se plaindre de l'obscurité, mieux vaut allumer la lumière. Éric-Emmanuel Schmitt Introduction La biochimie des activités physiques parait sensu stricto une discipline relativement récente. C'est en effet à un grand physiologiste britannique Prix Nobel de Médecine, Archibald Vivian Hill, que l'on doit l'engouement envers cette discipline. Ses travaux scientifiques reposent essentiellement sur l'étude de la dynamique de la contraction musculaire. Son travail a principalement reposé sur l'étude de la dynamique de la contraction musculaire. D'après cet éminent chercheur, "quelques-unes des données physiologiques les plus importantes ne se retrouvent pas dans les livres de physiologie ou les ouvrages de médecine mais dans les records mondiaux de la course à pied" (Hill 1926). Hill utilise en effet l'adaptation de l'organisme humain aux activités sportives pour comprendre les mécanismes intimes de la contraction musculaire. Bien Qu'assez discrets, les premiers travaux portant sur l'énergétique musculaire sont déjà présents dans les écrits précédant l'ère chrétienne. Les lecteurs curieux ou passionnés d'histoire trouveront dans différentes publications (Meyerhof 1924 ; Hill 1926 ; Hill 1965 ; Needham 1971) et revues (Nachmansohn 1950 ; Davies 1965 ; Mommaerts 1969; di Prampero 1981 ; Poortmans 1992) d'amples informations sur ces travaux scientifiques princeps. 1. Antiquité et époque hellénique Si nos ancêtres avaient déjà apprécié cette substance musculaire "bonne à manger" chez les animaux ou chez leurs semblables (cannibalisme), ce n'est qu'au me siècle avant notre ère que l'on rencontre la première des nombreuses théories portant sur la contraction musculaire. Elle fait suite aux travaux d'hérophile de l'école d'alexandrie qui a mis l'accent sur la place prépondérante des nerfs, des artères et des muscles dans la fonction motrice du corps. Il réalise aussi que les artères contiennent du sang. A Cette époque, le jeune Erasistrate établit quant à lui que le muscle est l'organe de la contraction. Il est ainsi le premier à théoriser le mécanisme de la contraction musculaire. Il annonce : "les muscles, se remplissant d'air, augmentent en largeur et diminuent en longueur. C'est la raison pour laquelle ils se contractent" ! Conclusion Simpliste mais réelle. (... )