Petit Larousse des huiles essentielles

de -19 mars 2014 - 352 pages - 12 avis - 24.90

Se procurer le livre

Petit Larousse des huiles essentielles est un livre pour aromathérapeute permettant d'approfondir vos connaissances bien-être et savoirs en aromathérapie.

Petit Larousse des huiles essentielles
Petit Larousse des huiles essentielles

Présentation de l’éditeur

Douleurs d’estomac, troubles du sommeil, cheveux secs, fatigue, peau grasse, maladies infectieuses…les huiles essentielles peuvent guérir ou soulager bien des maux. IntroductionQu’est-ce qu’une huile essentielle. Les procédés de distillation pour les obtenir, les différentes familles d’huiles essentielles, les grandes familles de principes actifs…une encyclopédie exhaustive des huiles essentielles : Les 58 huiles essentielles incontournables : Pour chaque HE, sur une double page : une fiche signalétique : parties de la plante utilisées, actifs chimiques, pays producteurs, couleur, odeur, prixses vertus thérapeutiquescomment l’utiliser, pour un usage interne ou externe, avec les précautions d’emploi et les contre-indicationsles associations possibles avec d’autres HE, pour une meilleure efficacité 82 huiles autres essentielles connues pour leur efficacité, décrites par ordre alphabétique. Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet. Un dictionnaire des symptômes et maladies : Avec, pour chaque affection, la ou les huiles essentielles qui sont conseillées, les bonnes associations et des recettes pour réaliser les mélanges sans danger.

Revue de presse

Avant-propos Les plantes et les huiles essentielles connaissent indéniablement un engouement grandissant auprès du grand public. On ne compte plus aujourd'hui le nombre d'articles, de reportages, de conférences, d'ouvrages, ayant pour sujet l'herboristerie et les plantes médicinales, l'aromathérapie et les huiles essentielles. Par Définition, l'aromathérapie appartient à "la médecine par les plantes", autrement appelée la phytothérapie. On utilise d'ailleurs souvent le terme de "phyto-aromathérapie". L'aromathérapie est donc cette branche de la phytothérapie qui consiste à employer les composants chimiques les plus subtils des plantes médicinales, souvent volatils et extrêmement puissants. Pourquoi Un tel engouement ? Il S'explique Par L'intérêt croissant de nos concitoyens pour une médecine au plus près de la nature et de l'environnement, au plus près du terrain si cher à Claude Bernard, qui disait : "le microbe n'est rien, le terrain est tout." Naturopathie, herboristerie, phytothérapie, aromathérapie, homéopathie, médecine traditionnelle chinoise et acupuncture, yoga, tai chi-chuan et qi gong ont ainsi de plus en plus d'adeptes dans nos sociétés, où les conditions de vie, stress et pollutions en particulier, mettent à mal notre santé. Dans Un contexte de défiance vis-à-vis de la médecine conventionnelle, suite aux scandales liés à certains médicaments dont les effets secondaires ont été sciemment minimisés ou occultés par les fabricants, les médecines non conventionnelles doivent trouver leur place, et prouver leur efficacité ainsi que leur innocuité, par des recherches scientifiques, des essais cliniques, au travers du concept de médecine par la preuve, suivant l'expression anglo-saxonne Evidence Based Mediane. Ce qui est aujourd'hui le cas des plantes et des huiles essentielles : des progrès considérables ont été faits pour connaître leurs compositions chimiques et leurs propriétés, même si tout ne s'explique parfois pas avec la seule chimie... Et L'aromathérapie n'est pas seulement une "médecine de terrain", car la puissance des huiles essentielles - à utiliser en toute connaissance de cause - peut et doit permettre, entre les mains de médecins et praticiens compétents, de stopper une grave infection, un sérieux déséquilibre neurovégétatif (spasmes) ou psychique, une inflammation chronique, que la médecine conventionnelle peut parfois avoir échoué à traiter... En cela, elle n'est pas vraiment une "médecine douce" mais plutôt une médecine puissante qui, bien maîtrisée, doit apporter une guérison totale et définitive au patient avec, autant que possible, le minimum d'effets secondaires. (... )